The PURE PHOTOGRAPHY EXPERIENCE

Mais qui es-tu, Flo ?

Mais qui es-tu, Flo ?

mars 29, 2020

Natif de Perpignan, Florian a travaillé autour du globe au sein de différents projets sociaux.

Ces derniers l’ont poussé à découvrir de nouvelles cultures et s’y intégrer. Sa sensibilité et sa manière d’aborder l’art de la photographie lui ont valu deux expositions au festival Visa Off. Il y  remporta le prix Jeune Découverte en 2014.

Grâce à son enthousiasme, son œil affûté et sa manière d’interagir avec le monde, ce jeune homme de 27 ans a ramené des clichés voués à être authentiques et toujours acceptés par ses sujets.

 Florian Tomasini

Avant tout, peux-tu te présenter en quelques mots ?

On peut utiliser ma bio pour ça non ?

(NDLR : ça commence bien... il est un peu fainéant, vous le voyez bien là! Mais c'est un peu normal, il est de Perpignan ;)  )

Comment la photographie est-elle entrée dans ta vie ?

Jeune timide je préférais rester discret, dans l’ombre, je me vois depuis toujours observer les gens, les interactions sociales et la nature autour de moi de telle sorte qu’il m’arrivait de me perdre dans toutes ces informations visuelles.

Depuis mes 14 ans mon rêve de vie est de mêler travail et voyage, à partir de là l’idée de la photographie à commencer à germer. J’ai reçu pour mes 17 ans mon premier boîtier reflex, dès mes premiers clichés j’ai su que c’était ce que j’allais faire de ma vie!

Depuis ce jour le jeune Florian, timide au départ, a appris à s’exprimer à travers son art et ses expériences de vie professionnelles ont fait de lui ce que je suis aujourd’hui.

Quelles sont tes sujets de prédilection en photo ?

L’humain à travers les projets sociaux autour du globe. Partir m’intégrer à travers des missions sociales dans des pays du “Tiers Monde” a toujours été pour moi une manière de rendre un peu de ce que j’ai reçu à la naissance, le choix.

Je souhaite que mes photos/vidéos ouvre l’esprit des gens mais aussi qu’il y ai de vraies retombées sociales et éducatives sur les communautés avec lesquelles je travaille.

Quelles ont été les étapes importantes dans ton apprentissage de la photographie ?

Mes expériences dans les tribus du Bénin et Madagascar on été les premières missions qui ont changé ma vie, j’ai ensuite vécu et travaillé 2 ans dans les favélas de Rio de Janeiro tout en étant en connexion avec la culture chamanique de la jungle Brésilienne. Ces deux dernières années m’ont fait passé d’adolescent semi-professionnel à adulte professionnel.

La photographie est un moyen d’expression, que cherches-tu à faire comprendre à travers tes photos ?

La réalité unique n’existe pas, le monde que nous voyons, les codes que nous respectons ne dépendent que de notre propre perspective et éducation. A travers mon travail audiovisuel je souhaite aider les personnes occidentales à reprendre conscience que la vie qu’ils ont n’est en rien la “norme” d’une grande partie du monde.

Que représente la photo pour toi ?

La photographie est et sera toujours mon moyen d’expression le plus naturel, innée. Il est pour moi bien plus difficile de parler de mes expériences à travers des mots que des images.

Où trouves-tu ton inspiration?

Le monde qui nous entoure est le plus beau des spectacles, la vie est mon inspiration.

As-tu un souvenir d’une photo que tu souhaites partager avec nous ?

Olivier Vodounou, jeune adolescent de tribu béninoise a accepté que je le suive dans sa vie du quotidien afin d’en faire un documentaire (primé au festival VISA Off). J’ai eu l’honneur de pouvoir passer une nuit dans sa case en tant que premier étranger du village à dormir chez l’habitant, tout le monde me regardait avec des yeux ébahis.

Le lendemain, au lever du soleil, Olivier à pris sa douche dans le fleuve Togbota Agué au milieu de la brume.

J’avais 22 ans et ce souvenir est gravé en moi à jamais.

Quel matériel photo utilises-tu ?

Tout dépend les productions que je souhaite réaliser mais pour mes projets d’insertions dans des communautés j’aime me faire oublier des gens, je préconise donc le minimum de matériel possible pour être au plus discret.

Canon 6D - 24-70mm - 70-300mm - 14mm, voici mon pack fétiche !

Passes-tu beaucoup de temps à retoucher tes photos ?

Je souhaite rester le plus naturel possible, je veille donc à avoir directement les bons réglages lors de la prise de la photo, je vais ensuite retoucher subtilement les lumières et couleurs si besoin est.

Quels sont les photographes qui t’inspirent ?

National Geographic et Ushaïa TV de manière général sont des programmes qui ont bercé mon enfance et m’ont donné envie de faire ce métier.

Selon toi quelles sont les qualités principales que doit avoir un photographe?

Photographier la vie pour moi signifie savoir l’observer et comprendre comment y prendre part. Sans ces deux qualités il m’aurait été impossible de prendre les clichés qui ont marqué ma carrière.

Enfin, quels sont tes projets pour les années à venir ?

Je développe mon entreprise de production audiovisuelle, Tomasini Productions, je souhaite donc pouvoir vivre de ma passion en aidant mes clients à partager leurs messages.

Je fais aussi partie de L’ONG Accelerating Community Empowerment basée dans la plus grande favéla du Brésil, Rocinha, à Rio de Janeiro, je compte donc continuer ma mission là bas et m’intégrer toujours plus à cette communauté qui fait maintenant partie de moi.

Merci à toi Florian, bonne continuation et surtout ramène nous de belles photos !



Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Nouvelles distinctions en compétitions
Nouvelles distinctions en compétitions

mai 13, 2020

Je suis particulièrement fier aujourd'hui d'avoir été informé que 2 de mes photos ont été récemment distinguées lors d'une de ces compétitions et vont donc rejoindre ma centaine d'autres photos déjà distinguées par le passé.

Voir l'article entier

Mais qui es-tu Steph ?
Mais qui es-tu Steph ?

avril 10, 2020

Stéphane est un photojournaliste et vidéaste franco-indonésien. A 22 ans il décide de découvrir l’Asie et l’Océanie où il fait ses premiers pas le photoreportage. Il obtient le D.U de photojournalisme à l’Université de Perpignan et remporte la même année le « Prix Découverte » au festival Off de Visa pour l’Image avec son reportage en Iran.

Voir l'article entier

Mais qui es-tu, Guilhem ?
Mais qui es-tu, Guilhem ?

avril 01, 2020

Photographe autodidacte, Guilhem s'est mis tard à la photographie. D'abord passionné par la photographie d'architecture, il s'est rapidement orienté par la suite sur la photographie humaniste suite à sa rencontre initiatique avec Simon Wheatley.

Depuis, il a remporté de nombreux prix à travers le monde et exposé dans les endroits les plus prestigieux.

Voir l'article entier